Ce en quoi
nous croyons

L’urgence des ODD

©UN 1 Ce en quoi nous croyons

En 2015, afin de répondre aux défis auxquels le monde doit faire face, 193 pays ont adopté 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) aux Nations Unies s’engageant ainsi à éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la paix et la prospérité pour tous d’ici à 2030. 

Afin de « ne laisser personne de côté », les 17 ODD sont étroitement interconnectés. Le n°4 – qui vise à « assurer à tous une éducation équitable, inclusive et de qualité, et des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie » – est particulièrement transversal et capital : son atteinte conditionne celle des autres objectifs. 

Les ODD invitent à la mobilisation de tous : communauté internationale, États, ONG, collectivités locales, entreprises et citoyens. L’association Learning Planet Institute s’inscrit dans la réponse à cet appel mondial à l’action. 

En effet, nous avons une conviction : la jeunesse, l’apprentissage tout au long de la vie et l’intelligence collective sont essentiels pour relever les défis complexes, actuels et à venir, de notre planète. 

Pour mener à bien notre mission – construire des sociétés apprenantes, durables et inclusives – nous expérimentons, impulsons et partageons des écosystèmes d’apprentissage permettant de s’adapter et de répondre aux besoins de la jeunesse et de la planète. 

Enfin, nous encourageons les apprenants à devenir, tout au long de la vie, des « Learning Planetizens »*, aptes à prendre soin de soi, des autres et de la planète.  

* Planétoyens – citoyens de la planète – apprenants

Face aux défis d'aujourd'hui et de demain : co-créer une société apprenante

Pour François Taddei, co-fondateur et président du Learning Planet Institute, les systèmes éducatifs continuent généralement de favoriser la mémorisation et le calcul, alors que n’importe quelle machine effectue désormais ces tâches de manière plus efficace que l’Homme.

Nous vivons une transition majeure dans notre évolution : le développement des intelligences artificielles et les découvertes en génétique posent des défis inégalés à l’espèce humaine. Comment faire pour que, dans ce monde en pleine mutation, l’éducation, la recherche s’adaptent suffisamment vite ? Quelle est la place de l’humain dans un monde de machines ? Comment s’appuyer sur la technologie pour développer nos capacités individuelles et notre intelligence collective ?

Dans son livre Apprendre au XXIe siècle, François Taddei plaide pour une (r)évolution de nos savoirs. Il se penche également sur la manière d’apprendre avec les autres, en coopération, à l’image de ce que font tous les organismes vivants depuis les origines de la vie, et explore les meilleures manières de commencer à se poser, si ce n’est les bonnes questions, du moins, des questions.

Une société où l'on apprend à prendre soin de soi, des autres et de la planète

Comment relever ensemble les défis du XXIe siècle ? Et si nous ?

À compter de 2019, la pandémie liée à la COVID-19 a transformé nos vies et ébranlé nos sociétés. Elle a dramatiquement creusé les inégalités, aggravé la situation des plus fragiles (jeunes, personnes âgées, femmes, démunis). Elle nous a fait prendre conscience de notre interdépendance vis-à-vis des autres humains et de toutes les composantes de la biosphère.

François Taddei, co-fondateur et président du Learning Planet Institute, invite à passer à l’action, à faire ensemble ce que nous ne pourrions faire seuls. Apprendre à prendre soin de nous, des autres et de la planète ? Repenser la démocratie, le débat, la citoyenneté et l’éducation pour les rendre plus inclusifs, plus écologiques, plus à même de relever les défis des jeunes générations. 

En s’appuyant sur des initiatives existantes et sur les développements de l’intelligence collective et de l’intelligence artificielle, il propose de repenser le partage des connaissances, l’exercice de la citoyenneté et d’inventer, ensemble, des futurs souhaitables.

©Dall-E

Et si nous étions
la première génération de « Learning Planetizens » ?

« (…) De la course au profit naissent l’esclavage, les guerres et la surexploitation des ressources naturelles, dont découlent les crises démocratique, économique, sanitaire, climatique et l’effondrement de la biodiversité que nous connaissons aujourd’hui. Ces crises-là ne s’arrêtent nullement aux murs des Cités, aussi bien gardées soient-elles. Si les décisions concernant les questions locales et nationales se prennent à l’échelle des villes et des États, la résolution d’une crise qui n’a pas de frontières doit être envisagée à l’échelle planétaire. C’est la raison pour laquelle en plus d’être des citoyens de nos États respectifs, nous devons apprendre à devenir des planetizens éthiques, inclusifs et respectueux. 

Les planetizens, quel que soit leur âge, doivent apprendre à prendre soin d’eux-mêmes, des autres et de la planète ; à travailler ensemble afin de surmonter les défis individuels, nationaux et internationaux en mobilisant les compétences communes et les technologies durables ; à reconnaître leur interdépendance à l’échelle mondiale, les limites de la planète et de notre société et la complexité de notre monde ; à réfléchir à notre passé, à notre présent et à notre futur ; à être de bons ancêtres pour les générations à venir ; à “planétiser le mouvement”, pour reprendre les mots de Martin Luther King, ainsi que notre conception des choses, nos actions, nos droits, nos institutions, nos objectifs et notre capacité à nous mettre d’accord sur la façon dont nous devons vivre ensemble sur cette Terre. » 

Manifeste du Learning Planetizen – François Taddei, co-fondateur et président du Learning Planet Institut.